Silhouettes suspendues à la Villa Vassilieff

By 29 septembre 2020septembre 30th, 2020Non classifié(e)
La Compagnie a redoublé d’ingéniosité et de savoir-faire pour réaliser l’oeuvre d’Euridice Zaituna Kala à l’occasion de son exposition Je suis l’archive, présentée à la Villa Vassilieff du 19 septembre au 19 décembre 2020.
Le cahier des charges prévoyait, entre autres, que trois silhouettes représentant un homme, une femme et un enfant soient suspendues au-dessus du sol par un système d’accroche invisible et que l’on garde l’échelle 1, tout en préservant une finesse extrême, cela afin de suggérer au mieux un esprit ectoplasmique.
La Compagnie a revu le premier dessin des silhouettes pour répondre à ces contraintes techniques, puis leur découpe s’est faite au jet d’eau pour assurer une précision extrême et pour ne pas risquer de casser le verre.

Enfin, le système d’accroche a complètement été pensé et réalisé par la Compagnie, qui a ainsi montré sa capacité à dépasser le cadre strict de son métier du verre et à satisfaire au mieux ses clients, avec un fort sens de l’innovation.

On peut donc dire que la Compagnie du Verre a agi, au-delà de sa mission de fabricant, comme conseil auprès de la Villa Vassilief pour pouvoir réaliser ces pièces délicates en toute sécurité, de la découpe au jet d’eau jusqu’à leur installation.

*Vue d’exposition, Je suis l’archive, Euridice Zaituna Kala, Villa Vassilieff, 2020. Avec : Euridice Zaituna Kala, An unrecorded Moment: trois esprits, Le Verrier, 2020. Courtesy Euridice Zaituna Kala © ADAGP, Paris, 2020. Photo : Villa Vassilieff.

Leave a Reply